Pourquoi mon bébé ne dort-il pas ?

Avant d'avoir un bébé, nombreuses sont celles qui le définiraient ainsi: "petit d'homme dont la principale activité est de dormir, avec quelques interruptions de sommeil pour se nourrir et être changé."

Mais quand sa petite progéniture arrive, il n'en est pas vraiment ainsi. La réalité prend une toute autre forme. Même si les premiers jours voire les premières semaines sont souvent de tout repos (le bébé a besoin de récupérer après l'accouchement qui reste une épreuve), les difficultés de sommeil apparaissent généralement à la fin du premier mois. Alors qu'il était bien réglé pour une tétée à la demande ou un biberon toutes les trois à quatre heures, suivi d'un bon dodo, voilà que ce bébé se réveille plus souvent, a du mal à s'endormir tout seul et peut passer des heures à pleurer. On peut se sentir désemparé, ne sachant pas comment répondre à son besoin puisqu'il ne parle pas. On se questionne beaucoup: peut-être a-t-il faim ? Ou froid ? Ou peut-être qu'il faut le changer ? Est-ce qu'il a mal ? Peut-être a-t-il seulement besoin de pleurer après tout ? La question qui vient naturellement et qui est indémodable: faut-il le laisser pleurer ?


La question du sommeil est un sujet très préoccupant, non seulement pour la maman mais aussi pour toute la famille, parce que dans la durée, un sentiment d'irritabilité s'installe rendant ceux qui prodiguent les soins nerveux, désagréables et parfois même insupportables pour les autres, sans parler du risque de les voir tomber en dépression nerveuse. Il est important qu'un bébé puisse dormir sereinement parce qu'il en a besoin pour grandir et se sentir apaisé mais aussi pour que toute la famille puisse en profiter et qu'une atmosphère harmonieuse puisse y régner. 

Pourquoi un bébé pleure ? Quels sont les besoins d'un bébé ? Quels sont les étapes majeures du bébé ? Que veut dire "mon bébé ne dort pas" ? Comment l'aider ?

Comprendre les pleurs d'un bébé

Les besoins d'un bébé

Comprendre les étapes majeures de son développement

L'environnement du bébé

Problème d'ordre médical ?

Que veut dire "mon bébé ne dort pas" ?

Que faut-il retenir

Comprendre les pleurs d'un bébé

Les bébés ont pour seul moyen de communiquer les pleurs, hormis les gazouillis qui apparaissent entre un et deux mois et qui sont plutôt des essais vocaux tel un chanteur d'opéra qui s'échauffe la voix. Quand quelque chose ne va pas, ils ne peuvent l'exprimer qu'en pleurant. Il est important de le comprendre parce que cela permet de mieux gérer les émotions que peuvent susciter les pleurs. 

Il peut y avoir différents types de pleurs. La personne qui s'occupe quotidiennement et de manière continue de l'enfant apprend généralement à reconnaître les différents types de pleurs. Il y a les pleurs lancinants et les pleurs "râleurs". 

Les pleurs lancinants se caractérisent par leur force et le son strident qu'ils dégagent. Ce sont souvent les pleurs les moins supportables. L'enfant est souvent crispé, les yeux et les poings fermés. Il ne communique plus et est comme refermé sur lui-même et son besoin insatisfait. Ces pleurs correspondent la plupart du temps à une douleur ou à une attente trop longue d'un besoin non satisfait comme manger. En fait, ces deux cas peuvent être les mêmes. En effet, le bébé a certainement déjà émis quelques signes montrant un besoin de calmer une douleur ou un besoin de manger; ce besoin n'a pas été satisfait dans la durée, ce qui a mis le bébé dans une tension intérieure telle que la seule solution pour lui que ce soit supportable est de libérer ces tensions par des pleurs. En général, il est difficile de lui faire retrouver son calme tout de suite, comme il lui a fallu du temps pour arriver à cet état de tension. Le mieux est de détecter en amont tous les signes avant-coureurs qui expriment un besoin afin de répondre plus tôt à une douleur, ou le besoin de se nourrir, etc... Ceci dit, nous verrons dans un prochain post comment gérer les pleurs.

Les pleurs "râleurs" sont les pleurs d'un bébé qui ne pleure pas vraiment mais qui s'agite, le visage est souvent tendu voire triste et ses pleurs sont discontinues et supportables. Le bébé exprime généralement déjà un besoin. Si ce besoin n'est pas satisfait, ces pleurs pourront devenir des pleurs lancinants. Les pleurs "râleurs" correspondent souvent à un besoin de dormir ou à un inconfort tel les difficultés de digestion. Le bébé est fatigué mais n'arrive pas à s'endormir seul, ou les conditions d'endormissement ne sont pas réunies. Quels sont donc ces besoins qui amènent le bébé à pleurer pour se les voir satisfaire ?

Les besoins d'un bébé

Les besoins d'un bébé sont à la fois multiples et proches de ceux d'un adulte, avec la différence essentielle que le bébé est totalement dépendant de son environnement. Comme un adulte, le bébé a besoin de dormir, de manger et d'être lavé. Ce sont les besoins primaires. Mais il a également besoin d'être consolé (surtout quand il a mal), d'être compris avec beaucoup d'empathie, d'être promené et surtout de communiquer parce que l'être humain est naturellement sociable. Quand nous, adultes, sommes malades, n'avons-nous pas besoin d'être dorlotés ? Quand nous, adultes, nous nous sentons seuls, n'avons-nous pas besoin de compagnie ? Une façon de comprendre les besoins d’un bébé est de se poser la question suivante : est-ce que j’aimerais ça pour moi ? Les besoins seront détaillés dans un prochain post.

Comprendre les étapes majeures de son développement

Il est également important de comprendre les étapes majeures de développement d’un bébé. En effet ce qui se joue à un mois n’est pas la même chose qu’à trois ou six mois. 

Par exemple, dans les premiers mois de sa vie, un bébé a besoin qu’on l’accompagne dans la transition vie in utero / vie extra utero. Avant la naissance qui est en soi une épreuve, le futur nouveau-né ne connaît ni le froid, ni la faim, ni le bruit. C’est un changement majeur qui doit être accompagné notamment par la mère puisque le bébé était dans son giron. Quand nous traversons une période de changement (déménagement, changement professionnel), notre sommeil n’en est-il pas perturbé ? L’accompagnement de l’enfant dans ce changement peut se faire par exemple par le portage en écharpe ou porte-bébé ou en cododo à condition que le bébé puisse dormir dans des conditions sécurisées. Non, l’enfant ne prendra pas de mauvaises habitudes. Il n’en ressortira que plus confiant. Non, il n’y a pas un risque que l’enfant devienne capricieux, si le mot « caprice » veut toutefois dire quelque chose. La sécurité intérieure qu’il aura ainsi construite lui permettra de mieux appréhender les difficultés de la vie. Le message sous-jacent au portage est celui-ci : tu as besoin de mon contact pour te sentir rassuré, tu peux compter sur moi. 

Un autre exemple est la prise de conscience par le jeune enfant de son corps vers ses six ou huit mois et qu’il est un autre que sa mère. Cette prise de conscience peut perturber le bébé notamment quand il s’aperçoit que sa mère quitte la pièce. Elle peut ainsi avoir des répercussions sur son sommeil. Comprendre les problèmes de sommeil et d’endormissement du bébé passe donc par une compréhension des étapes de son développement.

L'environnement du bébé

L’atmosphère dans laquelle vit le bébé peut aussi perturber son sommeil. S’il existe des tensions familiales ou un conflit conjugal, le bébé peut le ressentir et cela se traduit par des difficultés d’endormissement voire incapacité à dormir. Evidemment nous ne sommes que des êtres humains et il est difficile, souvent sous le coup de la fatigue, de rester zen en toutes circonstances et à toute heure, surtout compte-tenu des rythmes d’aujourd’hui que nous impose la société. Dans ce cas, il est souhaitable que le bébé se trouve le plus éloigné possible de la source de conflit, de tension ou de la personne « négative » (anxieuse, déprimée, tendue, etc…). L’essentiel est que l’enfant puisse grandir dans un environnement « sécurisé », que la mère en premier lieu lui offre de part simplement sa présence. Même si l’environnement est hostile, le fait simplement d’être porté par sa mère permet à l’enfant de se sentir en sécurité. Si la maman est la source de conflit, il est souhaitable qu’elle soit accompagnée (associations d’aide à la parentalité, psychologue ou pédopsychiatre, centre médico-psychologique, PMI, etc…).

Hormis les problèmes de sommeil, dans un environnement dit « négatif » l’enfant peut somatiser : puisqu’il ne peut pas parler, son corps parle à sa place (otites à répétition, reflux gastro œsophagiens, eczéma, etc…). Il est recommandé de consulter des spécialistes (pédopsychiatre, homéopathe, etc…).

Problème d'ordre médical

Des soucis médicaux peuvent également être à l’origine de difficultés d’endormissement: otites, allergies, problèmes digestifs ou respiratoires. La consultation d’un médecin est recommandée. Certaines difficultés (notamment les otites ou les reflux) peuvent être résolues par une consultation ostéopathique. 

La méthode homéopathique permet aussi de prévenir certaines difficultés.

Que veut dire "mon bébé ne dort pas"

Souvent certains parents ont l’impression que leur bébé « ne dort pas ». A contrario d’autres parents disent que leur bébé « fait ses nuits ». Quand on y regarde de plus près, tout dépend du seuil de tolérance des parents. L’enfant qui ne dort pas pour un parent est un enfant qui dort pour un autre parent. Aussi certains parents idéalisent la réalité pour se convaincre que les choses sont moins difficiles que la réalité. A les écouter on peut se sentir coupable de « ne pas bien s’y prendre ». Arrêtez donc de comparer votre progéniture aux autres. Chaque enfant est particulier, et chaque parent a le droit de vivre à sa façon sa parentalité. Ecoutez votre bébé et faites abstraction de ce que racontent les personnes autour de vous. Vous vous rendrez service et vous rendrez service à votre bébé. 

Que faut-il retenir ?

En somme, la question du sommeil est complexe. Comprendre ce que sont les pleurs d’un enfant et connaître ses besoins est primordial pour mieux y répondre afin que l’enfant puisse dormir sereinement. Plus nous répondons aux pleurs d'un bébé, moins il sera grincheux et "pleurnicheur". Il s’agit également de comprendre dans quelle phase de développement il est pour savoir quels sont les enjeux qui peuvent perturber son sommeil. Aussi un environnement négatif du bébé peut être un facteur l’empêchant de trouver la quiétude nécessaire à un sommeil paisible. Enfin il s’agit également d’explorer la piste médicale pour voir si une maladie est à l’origine de ses difficultés d’endormissement.


Écrire commentaire

Commentaires: 1
  • #1

    Fadoua (mercredi, 23 mars 2016 13:36)

    Article super intéressant, j'aurai aimé avec ce type d'articles quand j'ai eu mes 2 enfants , quand on ne comprend pas et qu'on n'est tellement fatiguée, qu'on n'a pas le temps de lire !! Merci encore pour cette aide précieuse pour beaucoup de Mamans !!